mardi 18 août 2015

Une conférence sur la Bête du Gévaudan, ce soir.

"Une conférence de Bernard Soulier et Pierre Benoist, coauteurs du livre "Du sang dans la vallée" (2015) sur la Bête du Gévaudan, sera donnée à la salle polyvalente de la mairie de Prades, ce vendredi 18 septembre à 20 h 30. 
Entrée libre.

A noter que le musée de la Bête, à Saugues, sera ouvert dimanche de 14 h 30 à 17 h 30 à tarif réduit.". 




Références de l'article: La Montagne. 

samedi 15 août 2015

Une quinzaine de randonneurs se sont retrouvés, jeudi, pour marcher dans les pas de l’histoire.

"Deux fois par an, en juillet et août, est organisée une randonnée sur les traces de la Bête du Gévaudan. Une quinzaine de participants ont pris, sous la pluie, le départ de ce rendez-vous, jeudi matin, à La Besseyre-Saint-Mary. Au total, entre 10 et 16 kilomètres de marche étaient programmés par l'association Au pays de la bête du Gévaudan. Sous la pluie, le petit groupe était guidé par Bernard Soulier, auteur de plusieurs ouvrages sur le thème.

"Nous sommes partis de Besseyre, car c'est dans cette commune que vivait Jean Chastel, l'homme qui a tué la Bête, à La Sogne d'Auvers. Ensuite, la randonnée passe par Le Besset. Là, au sommet de la colline, se trouvait un château où logeait François Antoine, porte arquebuse du Roi, qui avait été envoyé pour chasser l'animal. La marche se poursuit jusqu'à Nozeyrolles. À l'époque de la bête du Gévaudan, il s'agissait du chef-lieu de paroisse." [...]".




Pour lire la suite de l'article: cliquez ici.

mercredi 12 août 2015

Sur les traces de la bête du Gévaudan.

"En vingt-deux scènes, le Musée de la Bête du Gévaudan propose de plonger directement au cœur de l’un des plus grands mystères de l’histoire qui, ici et là, donne encore lieu à de nombreuses hypothèses, sérieuses ou farfelues. Géré par l’association Macbet, le musée sauguain propose, au fil d’une scénographie bien particulière, de narrer l’histoire telle qu’elle vit encore dans les écrits officiels de l’époque ou les récits populaires qui ont bâti, au cours du temps, la légendaire histoire de la Bête. [...]".


Saugues Musée de la Bête du Gevaudan - Pierre Hebrard

Pour lire la suite de l'article: cliquez ici.

dimanche 9 août 2015

Selon un expert moulinois, les loups ne seraient pas les seuls auteurs des tueries du Gévaudan.

"Guy Crouzet a repris du poil de la bête du Gévaudan. Reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes de cet épisode sanglant de l'Histoire de France, le moulinois originaire du Puy-en-Velay vient de publier le sixième tome de sa passionnante enquête à rebondissements.

Son titre: Une bête féroce inconnue dans nos climats. Au fil des pages, il défend toujours la même intime conviction depuis trente ans : "Pour moi, il n'y a pas une seule bête. Il y a des loups, d'autres animaux et aussi un ou des hommes".

Dans ses précédents ouvrages, en se basant sur de solides recherches dans les archives de l'époque, il s'interrogeait déjà sur l'origine des attaques meurtrières qui, du 1 er juillet 1764 au 17 juin 1767, ont provoqué la mort de 85 à 90 personnes entre Lozère et Haute-Loire : "Et si en plus des loups, il y avait eu autre chose ?"

Il réitère cette question cruciale dans sa sixième publication. [...]".




Pour lire la suite de l’article: cliquez ici

mardi 4 août 2015

Bête du Gévaudan: la fin de l’énigme ?

"Nombreux sont les auteurs qui se sont penchés sur l'histoire de la Bête du Gévaudan.

Jean-Marc Moriceau, à son tour, propose un livre sur ce sujet qui concerne largement la Haute-Auvergne. Cet historien reconnu, président de l'association d'histoire des sociétés rurales et membre de l'Institut universitaire de France, est spécialiste des relations entre l'homme et le loup.

Déjà auteur de nombreux ouvrages à succès, il retrace la trame historique en offrant au lecteur un album de référence. Au-delà des spéculations sur l'identité de la bête depuis 250 ans, l'auteur fait écrouler tous les pans d'un véritable château de cartes. De 1764 à 1767, les monts de la Margeride fournissent le décor de l'épisode le plus tragique d'attaques sur l'homme. Et les éléments se liguent pour prolonger l'angoisse, le cloisonnement, l'éparpillement de l'habitat près des bois, l'accumulation de neige et de brouillard, l'hostilité entre les intervenants extérieurs et les gens du cru. [...]".




Pour lire la suite de l’article: cliquez ici.