samedi 19 décembre 2015

Gazette de la Bête numéro 16.

"De 1765 à 2015, 250 années se sont écoulées et on vivait cette année là en Gévaudan et aussi en Auvergne l’année la plus terrible de toute l’affaire de la bête avec au moins 35 victimes tuées et des épisodes qui ont traversé le temps. [...]"


(Cliquez sur l'image pour consulter le seizième numéro de la Gazette de la bête)

lundi 7 décembre 2015

L’histoire de la bête du Gévaudan racontée par un fils de louvetier.

"Pour la dernière conférence de l'année, la salle Art média était pleine à craquer, pour écouter l'histoire de la bête du Gévaudan de la bouche de Jacques-Henri Thonier. Ce fils d'un ancien louvetier a retracé l'histoire d'un animal à la part de mystère très entretenue. "Ce sont avant tout des romanciers-historiens qui ont construit le mythe avec des fantasmes racoleurs". Mais il est vrai que, entre 1764 et 1767, 214 personnes ont été attaquées par une bête ou des bêtes.

Des corps de femmes, d'enfants, d'hommes, ont été mutilés, déchiquetés, dévorés, traînés sur plusieurs mètres. Ce sont souvent les registres paroissiaux qui en témoignent.

Jacques-Henri Thonier a énuméré des hypothèses allant des plus farfelues au plus plausibles. S'agit-il de la main de Dieu ? D'un loup-garou ? D'un sérial-killer déguisé en loup ? Et s'il s'agissait, en vérité, d'une bande de loups hors normes, d'un animal issu d'un métissage chien-loup ? Le mystère reste, finalement, entier.".


Jacques-Henri Thonier et Gilles Charmat ont énuméré des hypothèses allant des plus farfelues au plus plausibles devant une assistance attentive. 


Références de l’article : La Montagne.

mardi 18 août 2015

Une conférence sur la Bête du Gévaudan, ce soir.

"Une conférence de Bernard Soulier et Pierre Benoist, coauteurs du livre "Du sang dans la vallée" (2015) sur la Bête du Gévaudan, sera donnée à la salle polyvalente de la mairie de Prades, ce vendredi 18 septembre à 20 h 30. 
Entrée libre.

A noter que le musée de la Bête, à Saugues, sera ouvert dimanche de 14 h 30 à 17 h 30 à tarif réduit.". 




Références de l'article: La Montagne. 

samedi 15 août 2015

Une quinzaine de randonneurs se sont retrouvés, jeudi, pour marcher dans les pas de l’histoire.

"Deux fois par an, en juillet et août, est organisée une randonnée sur les traces de la Bête du Gévaudan. Une quinzaine de participants ont pris, sous la pluie, le départ de ce rendez-vous, jeudi matin, à La Besseyre-Saint-Mary. Au total, entre 10 et 16 kilomètres de marche étaient programmés par l'association Au pays de la bête du Gévaudan. Sous la pluie, le petit groupe était guidé par Bernard Soulier, auteur de plusieurs ouvrages sur le thème.

"Nous sommes partis de Besseyre, car c'est dans cette commune que vivait Jean Chastel, l'homme qui a tué la Bête, à La Sogne d'Auvers. Ensuite, la randonnée passe par Le Besset. Là, au sommet de la colline, se trouvait un château où logeait François Antoine, porte arquebuse du Roi, qui avait été envoyé pour chasser l'animal. La marche se poursuit jusqu'à Nozeyrolles. À l'époque de la bête du Gévaudan, il s'agissait du chef-lieu de paroisse." [...]".




Pour lire la suite de l'article: cliquez ici.

mercredi 12 août 2015

Sur les traces de la bête du Gévaudan.

"En vingt-deux scènes, le Musée de la Bête du Gévaudan propose de plonger directement au cœur de l’un des plus grands mystères de l’histoire qui, ici et là, donne encore lieu à de nombreuses hypothèses, sérieuses ou farfelues. Géré par l’association Macbet, le musée sauguain propose, au fil d’une scénographie bien particulière, de narrer l’histoire telle qu’elle vit encore dans les écrits officiels de l’époque ou les récits populaires qui ont bâti, au cours du temps, la légendaire histoire de la Bête. [...]".


Saugues Musée de la Bête du Gevaudan - Pierre Hebrard

Pour lire la suite de l'article: cliquez ici.

dimanche 9 août 2015

Selon un expert moulinois, les loups ne seraient pas les seuls auteurs des tueries du Gévaudan.

"Guy Crouzet a repris du poil de la bête du Gévaudan. Reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes de cet épisode sanglant de l'Histoire de France, le moulinois originaire du Puy-en-Velay vient de publier le sixième tome de sa passionnante enquête à rebondissements.

Son titre: Une bête féroce inconnue dans nos climats. Au fil des pages, il défend toujours la même intime conviction depuis trente ans : "Pour moi, il n'y a pas une seule bête. Il y a des loups, d'autres animaux et aussi un ou des hommes".

Dans ses précédents ouvrages, en se basant sur de solides recherches dans les archives de l'époque, il s'interrogeait déjà sur l'origine des attaques meurtrières qui, du 1 er juillet 1764 au 17 juin 1767, ont provoqué la mort de 85 à 90 personnes entre Lozère et Haute-Loire : "Et si en plus des loups, il y avait eu autre chose ?"

Il réitère cette question cruciale dans sa sixième publication. [...]".




Pour lire la suite de l’article: cliquez ici

mardi 4 août 2015

Bête du Gévaudan: la fin de l’énigme ?

"Nombreux sont les auteurs qui se sont penchés sur l'histoire de la Bête du Gévaudan.

Jean-Marc Moriceau, à son tour, propose un livre sur ce sujet qui concerne largement la Haute-Auvergne. Cet historien reconnu, président de l'association d'histoire des sociétés rurales et membre de l'Institut universitaire de France, est spécialiste des relations entre l'homme et le loup.

Déjà auteur de nombreux ouvrages à succès, il retrace la trame historique en offrant au lecteur un album de référence. Au-delà des spéculations sur l'identité de la bête depuis 250 ans, l'auteur fait écrouler tous les pans d'un véritable château de cartes. De 1764 à 1767, les monts de la Margeride fournissent le décor de l'épisode le plus tragique d'attaques sur l'homme. Et les éléments se liguent pour prolonger l'angoisse, le cloisonnement, l'éparpillement de l'habitat près des bois, l'accumulation de neige et de brouillard, l'hostilité entre les intervenants extérieurs et les gens du cru. [...]".




Pour lire la suite de l’article: cliquez ici.

lundi 13 juillet 2015

La Maison de la Bête ouverte tout l’été.

"La Maison de la Bête à Auvers a ouvert ses portes pour la saison estivale. Outre l'histoire de la Bête retracée dans divers documents, l'exposition présentée cette année porte sur la thématique des "représentations de la Bête du Gévaudan". Un concours de peinture a été proposé ce printemps et consistait à "représenter la Bête comme vous l'imaginez !". Trente-six adultes de toute la France ont participé, dont des artistes de l'Atelier des Arts du Puy. À la grande déception des organisateurs, seulement dix enfants ont proposé une composition.

Après avoir participé à une randonnée à la Sogne-d'Auvers, où la Bête a été tuée, Bernard Soulier accueillait les participants devant la maison pour la remise des prix en compagnie de Guy Crouzet, fondateur de l'association, et Jean Richard, spécialiste lui aussi de la Bête. C'est la 15e exposition qui est proposée et qui correspond avec le 250e anniversaire des méfaits de la Bête et les 20 ans de l'inauguration de la Bête réalisée par Kaepplin à Auvers. [...]".




Pour lire la suite de l'article: cliquez ici.

samedi 23 mai 2015

Du sang dans la vallée: un nouveau livre sur la Bête du Gévaudan.

"Elle a fait couler le sang d'innocentes victimes il y a deux siècles et demi, aujourd'hui elle continue à faire couler de l'encre. 
Ce sont deux historiens du pays qui localisent cette histoire, quand la bête du Gévaudan rôdait entre Saugues et Langeac. Pierre Benoist et Bernard Soulier ont mis en commun leur passion pour ce pays et leur intérêt pour cette fabuleuse histoire pour écrire cet ouvrage publié aux éditions de l'Arzalier et préfacé par Jean Richard. 
Ils ont présenté leur livre à la Farandole des Mots dimanche 26 avril. Pierre Benoist se définit comme écri-lien, celui qui essaie de transmettre l'histoire des hommes du passé et ceux du présent. Depuis plus de 30 ans il est en quête de l'histoire du Haut-Allier, visitée par la bête. Bernard Soulier est président de l'association Au Pays de la bête du Gévaudan qui a son siège à la Maison de la Bête à Auvers qui présentera une exposition sur les représentations de la bête du 1er juillet au 31 août, ouverte tous les après-midi. Par ailleurs y sera remis le samedi 4 juillet à 17h le prix du concours de peinture.
Comme chaque année des randonnées pédestres sur le pays de la bête seront organisées les 23 juillet et 13 août, une sortie en cars est proposée samedi 4 août, renseignements et inscriptions auprès des Offices de Tourisme de Saugues, Langeac et Le Malzieu".




Références de l'article: Mon43.

Les marcheurs sur les traces d'une énigmatique bête.

"Ils étaient 20 de Saugues, Monistrol et Thoras, à se retrouver à Pépinet pour leur traditionnelle randonnée du mardi. 
Celle-ci empruntait l'histoire de la Bête sur un territoire particulièrement symbolique, le printemps était aussi présent et les sentiers à travers la forêt jusqu'à Chamblard en témoignaient largement. Une longue hâte à la Besseyre-Saint-Mary, devant le bac du village, source Jean Chastel, où ceux qui veulent bien s'arrêter un moment peuvent y entendre les grognements de la Bête. La Besseyre St Mary toujours citée dans les ouvrages de la Bête du Gévaudan comme étant le lieu de résidence de Jean Chastel. Ensuite, Pompeyrin, un autre aspect de l'histoire de notre pays, puis Sept Sols et enfin retour vers Pépinet. 
Les sentiers empruntés étaient sans aucun doute les voies de liaison entre villages avant que ne soient dessinées les routes bitumées. Ce circuit étai proposé par Jean-Michel Aubazac, il a été apprécié par tous les randonneurs".




Références de l'article: Mon43.

samedi 25 avril 2015

Le village replonge dans l’ère de la Bête du Gévaudan.

"Pour cette 13 e édition de la fête, l'association des Saint-Magnats remonte les pendules au XVIIIe siècle, en plongeant tout droit dans la gueule de la "Bête du Gévaudan". Les quelque deux cents habitants du village vont se mobiliser bénévolement, à partir de 8 h 30 et tout au long de la journée autour d'activités et saynètes, réveillant peurs et superstitions. Les Échos des Monts d'Auvergne sonneront les trompes de chasse à la recherche d'un loup géant, dans la peau duquel Dafné Show se glissera. Des animations équestres réalisées par Les Cavales de Saint-Maigner, des animations de tir à l'arc, un marché à l'ancienne et un repas au menu d'époque autour du "coq au vin" dresseront le décor de cette journée historique. La Bourrée de Vergheas et le Trio Vergnat se chargeront quand à eux, d'assurer une ambiance musicale folklorique".




Références de l'article: La Montagne.

samedi 4 avril 2015

La Malbête, terreur sur le Gévaudan.

"Elle n’en finit pas de faire parler d’elle la bête du Gévaudan depuis des lustres. Voici un nouvel ouvrage qui lui est consacrée. On est en Lozère pas loin non plus de l’Aveyron en ce milieu du XVIIIe siècle et une bestiole monstrueuse a pris la mauvaise habitude de tuer la jeunesse du coin. Ce qui chagrine les habitants du Gévaudan et le roi qui envoie son porte-arquebuse débusquer La Malbête, titre de l’album signé par Ducoudray et Hamo au dessin. [...]".




Pour en savoir plus: cliquez ici.

samedi 7 mars 2015

La Bête du Gévaudan à Brocéliande.

"Comme depuis plusieurs années, le foyer Jean-Couloigner et l'association Trait d'union organisent des représentations théâtrales, à la salle Brocéliande de Ploudaniel. Une centaine de personnes ont assisté, samedi et dimanche, à la pièce "La dernière chasse", jouée par la troupe du Folgoët "Brin de folie". Écrite et mise en scène par Rémy Corre, l'histoire de la Bête du Gévaudan est traitée sous forme humoristique. "En 1765, en Auvergne, malgré sa mort officielle, la "bête" continue ses ravages, dévorant femmes et enfants. Soupçonnant la famille Chastel d'être à l'origine de ses massacres, le marquis d'Apcher a l'idée, avec la complicité de son notaire, d'organiser une chasse dans le but de compromettre les Chastel, et de dévoiler au grand jour la vérité...". Le public, très participatif, a apprécié le "professionnalisme" des acteurs amateurs, toujours très applaudis".




Références de l'article: Le Télégramme.